CompétitionCourse de CôteL'actualité motoPikes Peak

L’aprilia Tuono V4 1100 Factory se met au défi sur le Pikes Peak 2019 !

Vingt kilomètres de bitume poussiéreux, 156 virages1.500 mètres de dénivelé et un « tuono » (tonnerre) qui gronde parmi les nuages : c’est le 4 cylindres en « V » de notre super roadster préféré qui, le 30 juin, grimpera sur la légendaire Pikes Peak. Les motos de Noale reviennent escalader les sommets du Colorado– en réalité, nous verrons qu’elles n’ont jamais arrêté de le faire – à plus de 2.500 mètres d’altitude le long de la chaîne des Rocky Mountains, en participant à l’une des courses les plus suggestives et excitantes des Etats-Unis d’Amérique: le Pikes Peak International Hill Climb.

Disputée pour la première fois en 1916, elle est à la deuxième place comme ancienneté parmi les courses « Made in USA » derrière la légendaire 500 Milles d’Indianapolis (1911) ; de nombreuses personnes estiment que c’est un véritable symbole du sport en moto américain. Une succession interminable de virages entre les montagnes rocheuses attend Rennie Scaysbrook, le pilote choisi par Aprilia Americas pour remporter le titre de « king of the mountain » dans la catégorie ‘poids lourds’. L’australien, l’un des rares pilotes en mesure de passer au-dessous des 10 minutes au Pikes Peak, a arrêté l’année dernière le chronomètre à 9.59.794, sur la selle d’un KTM ; il était deuxième derrière Carlin Dunne qui l’a précédé de quelques centièmes avec sa Ducati.

Cette année Rennie essaiera de s’améliorer sur la selle de notre bien aimée Tuono V4 1100 Factory, une moto qui a obtenu de bons résultats lors des essais comparatifs dans le monde entier. Et c’est justement aux Etats-Unis que, il y a quelques mois, la version 2018 de Tuono V4 1100 RR a remporté le titre de « Best Standard Bike » de l’année, un prix prestigieux du magazine Cycle World et un fer de lance parfait pour que sa sœur, encore plus raffinée et évoluée, puisse affronter la course historique du Pikes Peak.

Rennie est bien déterminé à conquérir le sommet : « C’est un véritable bijou, je suis enthousiaste à l’idée de piloter cette moto dans une course dure comme le Pikes Peak ». Il sera bien évidemment aidé par toutes les nouveautés qui enrichissent la version 2019, des suspensions semi-actives avec fourche à technologie NIX au nouvel amortisseur de direction, lui aussi à réglage électronique semi-actif.

Voyageons à présent parmi les virages du Pikes Peak International Hill Climb pour découvrir ce qui rend cette course unique. Conçue par Spencer Penrose en 1916 pour promouvoir le tourisme, la PPIHC est une course en côte chronométrée pour voitures et motos remplie de virages à pic dans le vide. L’absence de garde-fou sur presque toute la longueur du parcours est l’une des caractéristiques les plus électrisantes de la course, sans compter le dénivelé de   1.469 mètres entre le départ (2.862 mètres) et l’arrivée (4.300 mètres) : durant la montée, les pilotes rencontrent le soleil et la pluie, voire du verglas sur les sommets des montagnes rocheuses. L’alternance bitume-terre qui avait caractérisée le tracé durant 96 ans, n’est plus qu’un souvenir : depuis 2012, la poussière a abandonné le Pikes Peak pour laisser la place au bitume gris.

La jeune histoire de la marque Aprilia, par rapport à presque un siècle de vie de cette compétition (ouverte aux motos dès sa première édition), peut donner l’image d’un novice mais cela est trompeur : Aprilia a déjà été protagoniste au Pikes Peak à plusieurs occasions. Les succès extraordinaires obtenus au Colorado par la Maison de Noale se doivent à l’américain  Davey Durelle, qui en 2008 et 2009 a terminé en marquant le meilleur temps absolu sur la selle de son bicylindre Aprilia SXV 5.5 ; une moto à laquelle Davey est resté fidèle, en obtenant le second chrono dans la catégorie middleweight (poids moyens) en 2018.

Dix ans plus tard, c’est le retour Aprilia, avec Rennie Scaysbrook qui nous fera vivre de grandes émotions ; mais l’australien ne sera pas seul : sur la grille de départ de la « Course parmi les nuages », il y aura l’écossais Joseph Toner et l’italien Luca Trivella, tous deux sur la selle de l’Aprilia SXV dans la catégorie lightweight (poids léger).

Rennie Scaysbrook

Bref, trois pilotes sur leur Aprilia qui rouleront à toute vitesse sur le bord du précipice en pilotant à la limite…en gros, ce que nous faisons, nous ‘racers’, chaque week-end, n’est-ce pas ?

Blague à part, le message est clair : cette édition du PPIHC a pour nous une signification spéciale ! Km après km, virage après virage, freinage après freinage, nous suivrons la conquête de Tuono V4 à l’Olympe du sport en moto américain, en espérant devenir nous aussi, en quelque sorte, « the king of the mountain » avec notre Aprilia.

Restez connectés !

photo Fabrice Lambert et Eric Piccione à Pike Peaks en 2014

En 2014 lors de la 92e édition du Pikes Peak, Fabrice Lambert et Eric Piccione , participaient à cette mythique course sous le drapeau réunionnais. Dans la catégorie « Pikes Peak Open », le Réunionnais Fabrice Lambert a placé sa Ducati 1098 R sur la deuxième marche du podium. Le Réunionnais  a parcouru les 19,9 kilomètres en 10’04’’401, à 4 secondes du vainqueur, l’Américain Jeremy Toy (Kawasaki ZX-10 R – 9’58’’687).

Voir encore plus

Article liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock Detecté

Pour éviter ce problème vous pouvez désactiver temporairement votre bloqueur de pop-ups.