Concentration, Manifestation, EvènementsInterviewL'actualité motoRéunionSupermotard

Alexis Masbou : J’ai hâte de rouler à La Réunion

Il sera dans notre île dès le 7 novembre pour participer à la manche de Supermotard de la ville du  Port sur le Parking de la piscine. On a eu la chance qu'il ait accepté notre interview pour les lecteurs de mecazine.re,  nous le remercions encore.

Alexis Masbou, est originaire d’Albi dans le Tarn il  est l’un des pilotes vitesse moto français au palmarès le plus étoffé. En 2012 alors 6ème au championnat du monde Moto3  il était le français le mieux classé en Grand prix moto.

C’est en 2015 que ce pilote bourré d’expérience a fait vibrer toute la France et les Réunionnais avec sa 2ème victoire en GP  au Qatar lors de l’ouverture de la saison MotoGP 2015. Depuis 3 ans, il a laissé sa carrière de pilote MotoGp de côté pour se consacrer au championnat du monde d’endurance EWC  et à son école de pilotage.

 

Alexis Masbou présente toi pour ceux qui te connaissent moins que nous ?

Je suis pilote de vitesse au championnat du monde d’endurance, j’ai été pilote au championnat du monde de vitesse en 125cc 2tps pendant 7 ans. Puis, quand le règlement à intégrer le 4 Tps et le Moto3, j’y ai  passé 5 ans,  chez Honda et Peugeot.

Photo:motogp.com

 

La saison 2018-2019, championnat du monde moto d’Endurance (EWC), a débuté en France avec le Bol d’Or sur le Circuit Paul Ricard  les 15 et 16 septembre  2018.

 

Tu as roulé l’année dernière sur une R1 et cette année sur une Bmw S1000RR, Comment as-tu vécu cette expérience ?

J’ai vraiment apprécié cette expérience, on a passé  du bon temps entre les mécanos, les managers, c’est une ambiance conviviale qui me plait beaucoup par rapport au GP. Francement j‘adore cette  discipline et l’aventure humaine que représente ces courses qui se disputent en équipe.

 


Ce qui est délicat c’est que le championnat d’endurance 2018-19 débutais en septembre alors que le précédent 2017-2018 s’est clôturé en Juillet. c’est un peu particulier mais c’est comme ça en EWC.


Et pour ce qui est de la course en elle même je faisais une bonne course, les chronos étaient bons, je me sentais bien. Puis on a vécu une fin de course compliquée avec un souci de température que l’on a pas réussi à réparer, régler, et alors que l’on était huitième, mon coéquipier Camille Hédelin à chuter ce qui à ruiner toute nos chances de bien finir.

Il y aura t-il un avenir pour Masbou officiellement en Endurance EWC ?

L’endurance, j’y suis j’y reste ! enfin je compte bien continuer l’année prochaine, cela fait partie de mes projets 2019. Je suis quelqu’un qui privilégie la qualité relationnelle, je marche avec cette motivation là, si j’ai de bonnes sensation avec de bonne relation c’est quelque chose de positif pour moi

 

Camille Hedelin, Alexis Masbou et Maxime Bonnot pilote la Bmw

A quoi Alexis Masbou consacre t-il son temps ?

Il y a plusieurs chose. J’ai la prépa physique qui me prend beaucoup de temps, la recherche de partenaires et le sponsoring prennent également pas  mal de temps. Après j’ai mon école de formation de pilotage qui me demande beaucoup de temps aussi  puisque actuellement je relance une nouvelle activités aux niveaux de la formation pour enfants.

 

Justement tu as une équipe avec toi je suppose ?

Oui, je suis entouré de pilotes d’expériences, de très bon coachs comme Guillaume Antiga qui roule dans le top 5 au Championnat de France 600 Supersport mais pas que lui. On a toutes les personnes qu’il faut pour donner la meilleure instruction possible. Il y aussi, pour les roulages, Steven NEUMANN pilote en SSP puis l’ancien pilote de grand prix,  José KUHN qui possède une solide expérience du coaching. Il y aussi Lucas DE CAROLIS, pilote en Promosport 600.

Mon image de pilote professionnel est indispensable dans ce domaine et je l’utilise de la meilleure façon.


A part la vitesse quelle discipline moto tu affectionnes ?

J’apprécie toute les disciplines moto. Mais la seule que je suis capable de pratiquer en haut niveau c’est la vitesse. Aujourd’hui je vois des jeunes que je côtoie qui sont déjà très bon en motocross ou autre,  donc pour pratiquer le haut niveau il faut commencer tôt dans une discipline. Mais que ce soit Motocross, Enduro ou autre on parle tous le même le langage quand on est passionné.

 

Photos: occiprod.com-Frederic Astié

Tu es aujourd’hui à la tête d’une école de pilotage, peux tu nous dire comment tu en est arrivé là.

Comme je te l’ai dis j’aime transmettre ma passion et la faire partager, j’ai commencé il y a 3 ans à lancer des stages pour adultes, puis des baptêmes et ca a fonctionné. J’ai rajouter les stages enfants et ça a rencontré encore un vif succès. L’année prochaine je vais développer les stages enfant sur le circuit d’Albi afin de permettre à un plus large public de faire la moto  de 6 à 15 ans en compétitions !

 

Alexis Masbou vainqueur a Brno – Photo:motogp.com

Tu as passé 12 ans en grand prix, souhaiterais-tu manager un pilote
français comme cela se fait beaucoup depuis quelque temps ?

Ça me plairait si  j’ai un coup de coeur cela serait un plaisir. J’aide des déjà des pilotes, et j’aime par-dessus tout transmettre ma passion mon expérience, car je connais très bien le milieu. Toutes les personnes que je côtoie dans mes stages je les aide du mieux que je peux pour aller en compétition ou pas… Mais oui, si un jour j’ai le feeling avec un pilote
Français ou autre et que l’on me propose de le suivre en GP, je le ferais avec plaisir.

 

De gauche à droite : Alexis Masbou, MikeDimeglio, Louis Rossi, Johann Zarco – Photo:GPinside


Depuis 2016 tu as quitté les grand prix que penses-tu du niveau des
pilotes français en 2018 ?

Actuellement la locomotive c’est Johann Zarco, il fait de très bonne course et il a clairement un potentiel pour gagner des courses en MotoGP. Aujourd’hui il souffre des problèmes  rencontrés par tous les pilotes Yamaha mais c’est le pilote français du moment il porte haut les couleurs de la France. J’apprécie aussi Fabio Quartararo qui s’est métamorphosé
depuis cette saison il joue la victoire a chaque Grand Prix et l’année prochaine il roulera dans un Top Team chez Yamaha SIC Nieto avec le protégé de rossi l’italien Franco Morbidelli. Jules Danilo lui est un bosseur il aura l’opportunité de  montrer son vrais niveau l’année prochaine j’en suis certain.

 

Fabio Quartararo et Alexis Masbou. photo:motogp.com

En Italie on a la CIV en espagne la CEV en France avant il y avait la
Coupe Conti tu en viens aussi !

Oui j’ai fait la coupe conti à mes débuts et aujourd’hui mon idée avec le centre de formation  c’est d’aider les jeunes à  accéder à la compétition ! Actuellement c’est le gros manque en France mais la fédération Française de moto travaille dessus et essaye de trouver des solutions à cela.

La Réunion tu connais tu en a entendu parler ?

Oui j’en ai entendu parler mais je ne connais pas, malheureusement j’y suis jamais venu. Je connais des pilotes de supermotard qui roulent en Championnat de France qui m’on parlé de leur séjour à la Réunion pour une course de supermotard, Ils ont apparemment apprécié. Et on m’as dit qu’il y a un  pilote Réunionnais qui roulais sur le championnat de France
métropolitain (Dylan Techer). L’île fait partie des plus beaux paysages de la France et j’ai hâte de la découvrir.

 

Dylan Techer – photo FFM championnat SM 2017

Justement tu es à l’affiche du Supermotard Engen Osais Le port du Team 97420  tu peux nous dire comment ca c’est fait ?

C’est Stéphane Brie de Scorpion Réunion et Patrice Payet l’organisateur qui m’ont demandé de venir pour animer la course. Ils ont pensé à moi, comme j’ai plus de temps maintenant, c’est pour moi l’occasion de découvrir des autres pilotes et partager de bon moments.


Comme Germain Vincenot en France sur le championnat de France Supermotard, Bautista Alvaro en Motogp, Dylan Techer et Raphaël Payet à la Réunion :  Tu est donc aussi pilote Scorpion ?

En effet je suis même le premier pilote en sponsors en 2010 et j’ai noué une relation importante avec la marque. Mon casque Réplica est aussi en vente c’est une marque que j’affectionne particulièrement. J’ai connu les débuts de la marque et j’ai participé à son développement en terme de sécurité et de confort avec son utilisation en Grand Prix j’ai apporté mon expérience et aujourd’hui je suis toujours fière de la représenter.

La qualité des casques Scorpion sur les Grand Prix par Alexis Masbou. Photo:motogp.com

Tu sais sur quelle machine tu vas rouler ?

Il a des chances que ça soit une Husqvarna je crois.

Tu as déjà roulé en Supermotard ?

Le supermotard j’en déjà fait, c’est une discipline fun que j’adore qui est plaisante avec la glisse, les trajectoires j’aime bien, à l’époque je n’en avais pas forcément l’intérêt, mais oui, j’aurais aimé être pilote supermotard.

Tu as des appréhensions ?

Des appréhensions il en pas pour le bitume mais au niveau de la partie terre on verras comment cela ce passe.

Les projets de ton séjour ?

Dès mon arrivée il y a la course de supermotard au Port, ensuite quelques  jours “OFF” où ma ma chérie va venir me rejoindre,  on va pouvoir découvrir l’île, et apparemment l’accueil y est très sympathique, puis il auras un  roadtrip qui sera organisée pour rencontrer les motards locaux et faire une belle ballade à moto.

C’est bien un phoenix que l’on voit sur ton logo  le n°10 tu peux nous
en dire plus ?

C’est bien un phoenix on m’appelle comme ça souvent depuis que je suis jeune. Car dans ma vie j’ai eu souvent des hauts et des bas. On me dit souvent tu renaîtras de tes cendres et c’est vrai par exemple en 2012 alors que j’étais 6ème du championnat et que je me battais pour le titre, je me suis brisé le fémur en Italie, le 11 septembre. J’ai été opéré sur place à deux reprises. J’avais très peu de chances de revenir au haut niveau. Mais je suis revenu et j’ai regagné en 2015 à l’ouverture du championnat au Qatar. Cette victoire est à l’image de mon parcours et le phoenix le représente à merveille. Pour le numéro 10 c’est le numéro qui m’a le plus réussi avant j’avais le 7 puis le 5.

 

On peut demander à l’organisateur de lui préparer son numéro 10 fétiche, il ne nous en voudras pas !

Des remerciements Alexis ?

Je remercie toutes les personnes qui m’accueillent et je suis impatient de rencontrer les Réunionnais et surtout de rouler sur l’île de La Réunion.

Voir encore plus

Article liés

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock Detecté

Pour éviter ce problème vous pouvez désactiver temporairement votre bloqueur de pop-ups.